[ SkipToMainMenu ]

Le sénateur Plett exprime ses condoléances aux collectivités autochtones après la découverte de corps au pensionnat de Kamloops

Honorables sénateurs, je prends aussi la parole au sujet de l’horrible découverte des restes de 215 enfants qui sont morts au pensionnat autochtone de Kamloops. Nous parlons d’enfants, honorables collègues : 215 vies précieuses ont pris fin beaucoup trop tôt. Toute vie humaine a une valeur intrinsèque, et je suis atterré par la découverte de ces 215 corps. Je suis consterné que les pensionnats autochtones constituent un chapitre bien réel et très sombre de l’histoire de notre pays, un sentiment que nous devrions tous partager.

Je ne pourrai jamais comprendre pleinement la douleur que vivent les survivants des pensionnats autochtones et les familles touchées.

Cette découverte nous rappelle que notre examen collectif du passé est un processus continu. Il ne suffit pas de chercher la vérité une fois; il faut le faire constamment. À mon avis, les excuses officielles que l’ancien premier ministre Stephen Harper a présentées aux survivants des pensionnats autochtones en 2008 représentaient une importante première étape pour jeter les bases du processus de réconciliation avec les peuples autochtones.

Puis, en 2015, le rapport final de la Commission de vérité et réconciliation a montré ce que les peuples autochtones savaient déjà : des milliers d’enfants autochtones ont perdu la vie à la suite de malnutrition, de maladies et de mauvais traitements dans les pensionnats du Canada.

Il pourrait y avoir jusqu’à 6 000 enfants qui sont morts dans ces pensionnats. Cela dit, la quantification des décès ne diminue en rien l’aspect tragique de ce lieu d’inhumation oublié à Kamloops. La découverte faite à Kamloops raconte une tragédie qui secoue tous les Canadiens en ce moment. Elle rappelle aussi des souvenirs douloureux aux personnes qui ont été directement touchées par le système des pensionnats autochtones.

En cherchant à faire la lumière sur notre passé, nous ne devons pas laisser l’espoir de nous réconcilier s’éteindre. Il faut continuer de faire face aux moments douloureux de notre histoire collective. Nous devons aux familles qui ont perdu des enfants par la faute du système des pensionnats autochtones et aux survivants de ces pensionnats de poursuivre nos efforts collectifs afin de raviver l’espoir dans l’avenir.

Au nom de l’opposition au Sénat, j’offre nos condoléances, nos pensées et nos prières aux personnes, aux familles et aux communautés autochtones qui souffrent et qui pleurent les disparus. Je me joins à tous mes collègues dans cette enceinte pour observer un moment de silence afin d’honorer la vie et de pleurer la mort de 215 enfants.

Prenons un moment pour honorer leur mémoire. J’espère que ce geste de respect sera source d’un modeste réconfort en cette période difficile. Merci.

https://sencanada.ca/fr/senateurs/plett-donald-neil/interventions/560904/3#hid

Retourner à : Articles et discours